Business

Le Comité Colbert et l’UNESCO luttent ensemble contre la contrefaçon

Contrefaçon, luxe, marque

Une campagne en faveur de la créativité et de la lutte contre la contrefaçon a été organisée par le Comité Colbert et l’UNESCO.

Une campagne internationale initiée par le Comité Colbert et l’UNESCO

Le Comité Colbert, réunion de nombreuses grandes maisons de luxe et institution culturelle, ainsi que l’UNESCO, se sont associés pour lancer une campagne de grande ampleur. Celle-ci vise à mobiliser l’opinion publique en faveur de la créativité et de la sauvegarde du patrimoine culturel.

Les deux institutions se mobilisent, en collaboration avec les douanes françaises, pour que le grand public devienne « acteur de la promotion et de la protection du patrimoine et de la créativité » : ceci dans le but de lutter contre la contrefaçon.

De ce désir de protection de la culture est né la campagne de publicité #Engagés. L’opération débute en France, elle sera prochainement relayée dans plusieurs autres états de l’UNESCO. Sur les réseaux sociaux, elle sera également relayée via le hashtag « #Engagés pour le patrimoine et la créativité ».


Publicité


Élisabeth Ponsolle des Portes, Déléguée générale du Comité Colbert, , rappelle que « seul le strict respect de la propriété intellectuelle qui assure au créateur la juste rémunération de son art peut permettre à la créativité de s’exprimer, d’être reconnue et de rayonner ». Le Comité Colbert rassemble de nombreuses grandes maisons de luxe dont Chanel, Guerlain, Lancôme, Louis Vuitton, Yves Saint Laurent ou encore Cartier font partie. Toutes ces marques voient indéniablement le fort intérêt et impact que doit avoir cette campagne.

Contrefaçon, luxe, marque

Un dessin contre la contrefaçon

Cette campagne en faveur de la créativité se caractérise par une affiche dessinée par Serge Bloch, illustrateur français. Le dessin représente un personnage dans un cadre vidé par le pillage et le vol culturel.

Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, explique que « le vol, le pillage, le trafic illicite de biens culturels sont une négation pure et simple des peuples. Ils ravalent l’histoire au rang de marchandise. » « La culture est un moteur de création, d’inspiration, de dépassement et chacun de nous peut aider à la faire vivre ». La campagne incite également à une mobilisation via les réseaux sociaux de la population française.

JC Decaux relaye actuellement l’affiche sur les mobiliers urbains français. Elle sera diffusée dans les aéroports et dans les rues parisiennes cet été.

 

Cette campagne vise à mobiliser l’opinion public afin que nous devenions tous, individuellement, acteurs de cette lutte.

Lorine


conference luxe paris




Send this to a friend