Actualités Fashion & Accessoires

Fashion Unraveled : une exposition mode atypique à New York

fashion-journal-du-luxe

Fashion Unraveled dévoile une nouvelle facette des expositions de mode habituelles. Vêtements vieillis ou inachevés et tissus abimés, l’exposition offre des pièces chargées d’histoire, d’émotion et de nostalgie.

Des pièces imparfaites révélatrices d’histoire

Fashion Unraveled met en lumière les modifications qui ont été effectuées sur les vêtements : réparations, pièces raccourcies, traces d’usure ou encore ourlets défaits. Ces imperfections révèlent la valeur économique et émotionnelle des vêtements, et remet en cause un système établi où la mode ne serait qu’éphémère.

Le propriétaire d’un vêtement de luxe peut avoir de multiples raisons – pratiques, émotionnelles… – de vouloir le modifier. Par exemple, un costume signé Chanel porté par la photographe de mode Louise Dahl-Wolfe, affiche des traces d’usures et l’ajout de nouvelles pièces de tissu au vêtement, preuves de l’affection de la photographe pour cet ensemble qui a été réparé à plusieurs reprises.

Des pièces réutilisées, inachevées et déconstruites

Fashion Unraveled dévoile également une série de pièces créées à partir d’anciens vêtements, révélatrices de l’ingéniosité de leur créateur et de la valeur durable de certains tissus. Par ailleurs dans les années 1990, ce phénomène de réutilisation servait à dénoncer la surconsommation et l’obsolescence de la mode.


Publicité
Laura Perrard nous confie comment on se sent à quelques jours du Salon du luxe Paris Inscription ici



Rendez-vous sur le Salon du luxe, cliquez-ici !

Au cours de l’exposition le visiteur découvrira quelques créations inachevées qui dévoilent le processus fascinant de la conception d’un vêtement. Aujourd’hui, ce style in progress est mis à l’honneur par les plus grands couturiers. Ainsi, une robe ornée de paillettes et de plumes d’autruche signée Oscar de la Renta en 2002 affiche fièrement un ourlet dénoué.

Enfin les pièces asymétriques, déconstruites ou encore délibérément abîmées sont le signe d’une nouvelle esthétique apparue dès les années 1950. Au printemps 1990, les emblématiques bottes « tabi » du créateur Martin Margiela étaient généreusement vernies de peinture blanche épaisse afin que la matière se craque et se détériore avec le temps. Le créateur voulait affirmer, à travers cette création, la dimension éphémère de la mode.

L’exposition Fashion Unraveled est à découvrir du 25 mai au 17 novembre 2018 au Musée du Fashion Institute of Technology à New York.

Camille





livre blanc luxe


newsletter luxe

emploi luxe


Découvrez nos contenus exclusifs: livres blancs, magazines papier… en cliquant ici

Send this to a friend