Actualités Automobiles & Moteurs

Ferrari vs Philipp Plein : la justice rend son verdict.

ferrari egalite

Ferrari remporte la bataille judiciaire qui l’oppose au couturier Philipp Plein pour utilisation illégale de sa marque.

L’image de Ferrari l’emporte sur Philipp Plein

L’une souhaite préserver son image de marque, l’autre promeut un esprit de luxe aux accents bling-bling. Le tribunal de Milan a tranché lors du procès intenté par Ferrari contre Philipp Plein : ce dernier est condamné à verser 300 000 euros d’amende et à rembourser les frais d’avocats de Ferrari. Ne voulant pas être associé à l’image de Philipp Plein, le constructeur automobile obtient également le retrait de toutes les photos mettant en scène ses véhicules sur le site et les réseaux sociaux du créateur allemand.

Selon l’arrêt de justice, si Philipp Plein ne supprime pas ces contenus ou réutilise un modèle Ferrari dans une publication de marque ultérieure, il devra s’acquitter de la somme de 10 000 euros.



Une affaire qui remonte à 2017

C’est en juin 2017, lors du défilé homme printemps-été 2018, que l’affaire débute. Lors de la présentation de cette collection, Philipp Plein termine le show avec une Mercedes, une Lamborghini, une McLaren et… une Ferrari. Et ça, la marque automobile ne l’apprécie pas. La raison ? L’esprit de la griffe Philippe Plein et les images provocatrices associées ne correspondent pas à l’image « positive » de Ferrari qui lance alors un procès pour utilisation illégale de sa marque. Malgré les arguments de Plein – qui plaide la présence d’autres voitures de luxe et un clin d’oeil aux « scénarios de films hollywoodiens » – Ferrari gagne le procès. Preuve que la marque italienne souhaite contrôler à 100% son image, n’acceptant aucune dérive publicitaire.

Encore un litige en cours

Mais l’histoire judiciaire entre les deux marques ne se termine pas là puisque les protagonistes se retrouveront au tribunal pour un autre procès intenté par Ferrari.

En 2019, Philipp Plein poste une photo de l’une de ses paires de sneakers, les Phantom Kick$, sur le capot d’une Ferrari verte. La marque au cheval cabré reproche alors au créateur d’utiliser son image « à des fins promotionnelles » dans ce post jugé de « mauvais goût ». En réaction à cette accusation, Philipp Plein s’était alors emparé des réseaux sociaux. « Le PDG de Ferrari, Louis C. Camilleri, devrait réfléchir à deux fois avant de laisser ses avocats envoyer une lettre comme celle-ci à un précieux client qui a acheté quatre Ferrari neuves au cours des dix dernières années !!! » écrivait-il alors. « Je reste sans voix sur le comportement non professionnel et agressif de la société Ferrari envers ses clients ! C’est un BLACKMAIL clair !!!! Je ne retirerai pas les photos et je lancerai une action en justice contre la société Ferrari pour ce comportement non professionnel ! »

Affaire à suivre.

Journal du luxe





marche du luxe d occasion



livre blanc luxe


newsletter luxe



Découvrez nos contenus exclusifs: livres blancs, magazines papier… en cliquant ici