Business

Hermès : qui est le voleur d’échantillons ?

voleur hermes

Jeudi 7 avril à Lyon, a été condamné Massimo Piombo pour s’être approprié illégalement des échantillons Hermès. Le styliste italien se démarquait pourtant par des vêtements à forte identité.

8 échantillons de tissus Hermès volés

Les faits remontent à février 2014. Massimo Piombo venait de consulter le fonds d’archives textiles de la société Holding Textile Hermès, à Pierre-Bénite près de Lyon.

Son comportement suspect avait éveillé les soupçons des employés de la société Rhodanienne et pour cause. Massimo Piombo est interpellé à l’aéroport de Lyon en possession de 8 échantillons de tissu ancien Hermès. Le voleur les avait dissimulé dans ses chaussettes ainsi que dans l’une de ses poches de veste.

portrait massimo piombo

Massimo Piombo condamné en Cour d’appel

Le procès a logiquement tourné en faveur d’Hermès. Massimo Piombo est condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis et 15 000 euros d’amende. Une peine assortie de 5 000 euros de dommages et intérêts pour la partie civile.


Publicité


Un jugement qui fait suite à celui mené en premier instance. Massimo Piombo avait alors été condamné à une amende de 10 000 euros, peine pour laquelle il avait décidé de faire appel.

Massimo Piombo, styliste qui sort de l’ordinaire

Le travail de Massimo Piombo avait pourtant jusque là suscité l’admiration et la curiosité. Un article paru dans le Figaro en 2015, avait décrit une de ses collections comme “évoquant des artisanats d’ailleurs a des airs de forêt tropicale avec une multitude de plantes”.

collection massimo piombo
Collection Massimo Piombo

Massimo Piombo avait confié ne pas vouloir “dessiner pour une cible”, mais plutôt “aimer créer de belles histoires et faire de belles rencontres sur le plan humain”.

“Créer de belles histoires et faire de belles rencontres”

La description de l’homme n’était pas celle que l’on attribuerait à un voleur. Le journal avait défini le styliste italien comme “un homme à la joie de vivre si communicative, qui ne se prend pas au sérieux et ne rate jamais une occasion de rigoler tout en gardant la classe”.

En allant mettre le nez dans les fonds d’archives textiles d’Hermès, Massimo Piombo a peut-être cherché à découvrir le secret de la qualité des produits de la marque française. L’accusé n’a pu que reconnaitre “un acte irréfléchi” pour répondre à ses accusations.

Romain





livre blanc luxe


newsletter luxe

emploi luxe

Send this to a friend