Actualités Fashion & Accessoires

Gucci crée la polémique avec son « Indy turban »

Gucci Journal du luxe

L’affaire de la cagoule se reproduirait-elle ? Après avoir commercialisé un modèle de balaclava controversé en début d’année, la Maison italienne Gucci alimente cette fois ci les conversations online en désacralisant un signe d’appartenance religieuse.

Gucci : le retour du badbuzz

Il y a quelques semaines, le créateur Christian Louboutin créait la polémique en lançant des sandales inspirées des Peshawari chappals, des souliers traditionnels originaires du Pakistan. Ces jours-ci, c’est au tour de Gucci de faire l’objet de dénonciations liées à l’appropriation culturelle. En cause ? Un couvre chef bleu roi drapé appelé « Indy Full Turban », directement inspiré du turban porté par les adeptes de la religion Sikhe.

Gucci Turban badbuzz
Nordstrom.com

Commercialisé à 790 dollars sur le site internet de la chaîne de grands magasins américains Nordstrom, le turban a une symbolique culturelle et religieuse très forte dans le sikhisme. À l’issue des premières critiques émises sur les réseaux sociaux – notamment via des représentants de la communauté Sikh -, Nordstrom a retiré le produit incriminé de son site et formulé des excuses sur son compte Twitter.



En ce qui concerne Gucci, nombreux sont les internautes à s’interroger sur la mise en vente de cette pièce, pourtant déjà décriée lors de sa première présentation sur les podiums, à l’occasion de la Fashion Week de Milan. Rappelons qu’en mars dernier, suite à la polémique du blackface, la griffe italienne avait annoncé l’extension de son initiative interne Changemakers en y intégrant incluant notamment un comité consultatif de 15 personnes – responsables de la marque et personnalités – issues d’origines différentes afin d’éviter ce genre de maladresse.

Pour l’heure, la Maison Gucci ne s’est pas encore exprimée à l’égard de ces critiques.

Journal du luxe





marche du luxe d occasion



livre blanc luxe


newsletter luxe



Découvrez nos contenus exclusifs: livres blancs, magazines papier… en cliquant ici