Business

Un vêtement connecté peut-il être considéré comme une pièce de luxe ?

luxe et objet connecté

Dans le cadre de la 5ème édition de la Fashion Tech Week qui se déroule actuellement à Paris, Lyon et Roubaix, une table-ronde sur le sujet “Nouvelles technologies VS Luxe – Alliance ou opposition ? – Regards croisés” est organisée ce mardi 17 octobre 2017 à 19h au sein de l’école de mode LISAA Paris. Le Journal du Luxe est partenaire de l’événement et j’aurai le plaisir de prendre la parole sur cette conférence. Voici le début de mes réflexions à ce sujet.

Un objet connecté peut-il être considéré comme du luxe ?

Si le sujet de l’alliance possible entre le luxe et la technologie ne fait plus vraiment de doute aujourd’hui, celui de la connectivité d’un produit de luxe reste encore énigmatique.

Certes, les premières montres connectées sont apparues sur le marché mais, en France, les considère-t-on vraiment comme des produits de luxe ?

La technologie intégrée est-elle compatible avec la notion de durabilité produit propre aux codes du luxe ? La connectivité implique aujourd’hui fondamentalement une obsolescence programmée du produit. Que se passera-t-il quand mon iPhone aura rendu l’âme ou que je souhaiterai passer à un nouvel appareil non compatible avec mon manteau connecté préféré ? La question qui en découle est donc la suivante : un produit connecté (et donc potentiellement obsolescent) peut-il être considéré comme un produit de luxe ? Aujourd’hui, cela semble difficile à concevoir car nous avons grandi avec l’idée qu’un produit de luxe est un produit qui durera dans le temps et que nous pourrons  potentiellement transmettre de génération en génération.


Publicité


Cette question est multiple en réalité puisqu’elle soulève de nombreux autres questionnements, à l’instar du rapport à la possession VS un rapport au produit purement expérientiel.

Evidemment, l’évolution des aspirations des générations Y et Z auront un impact sur les offres à venir et chaque marché (zone géographique) n’aura pas le même avis sur la question.

Nouveaux enjeux, nouveaux (business) modèles

Projection dans un futur (peut-être pas si lointain)

Les Business Modèles évoluent. Et si, demain, les manteaux connectés ne s’achetaient qu’en LOA (location avec option d’achat avec ou sans apport)  pour proposer une expérience de confort absolu année après année avec la possibilité l’été de rendre la pièce pour “reconditionnement”, pourquoi cette location ne pourrait-elle pas être considérée comme une nouvelle forme de luxe ?

 

Et si le luxe était finalement la possibilité de choisir ? Une nouvelle forme de personnalisation, bien plus poussée que celle que l’on peut trouver aujourd’hui, qui sort de la simple dimension esthétique pour aller jusqu’à la fonctionnalité et à la manière de s’approprier l’élément (et de le financer) …

 

Et vous, quel est votre avis sur la question ?

Rdv ce soir, mardi 17 octobre 2017 à 19h, à LISAA (13 rue Vauquelin 75005 Paris) pour la table-ronde durant laquelle j’aurai le plaisir d’intervenir accompagnée de Magali Roussel (Maison Dupuy de Lôme), Delphine Vitry (Madnetwork) et Laura Brown (Ethipop). La table-ronde sera animée par Emilie Coutant, Présidente du Groupe d’Etude et de recherche sur la Mode. Inscription gratuite en ligne en cliquant ici.

Laura Perrard

 

Laura

Laura Perrard est amoureuse de poésie et de prospective ! Entrepreneure et aussi proche des grandes Maisons que des startups, elle a fondé le Journal du Luxe en 2013 ainsi que le Salon du Luxe Paris (plus grande rencontre luxe professionnelle francophone). Laura intervient dans des écoles et propose des modules de formation sur l'innovation, la réputation, le branding et le digital dans le luxe. Un projet ? Une idée ? Contactez-la !





livre blanc luxe


newsletter luxe

emploi luxe

Send this to a friend