Actualités Business Interviews

[Interview] Natacha Pons et Cyrielle Leclère : « maintenir son cap » pour avancer dans le luxe

Le Journal du Luxe est partenaire et partie prenante de l’association LaFrenchLuxe (dédiée aux entrepreneurs du luxe en France) qui a pour vocation de nourrir un triple objectif : créer un réseau de compétences, imaginer le Luxe de demain et faire rayonner les pépites du Luxe français. Le P&L Studio est membre de l’association.

Rencontre avec Natacha Pons et Cyrielle Leclère, co-fondatrices de P & L Studio

Journal du Luxe : Natacha, Cyrielle, à quoi correspond votre activité de « création de propositions créatives hybrides » ?

Natacha & Cyrielle : P&L studio est un laboratoire de recherche textile dédié à l’univers du luxe. Nous collaborons avec les acteurs du luxe et du design pour créer des pièces uniques et des séries limitées, mettant en œuvre nos savoir-faire : la sculpture de matériaux souples et la broderie main.
Notre approche porte à la fois sur les surfaces (transformation, ennoblissement des matières) et sur la création de volumes à proprement parler (sculpture textile).

P & L Studio panneau découpé

JDL : Vous opérez depuis un an un virage qui vous oriente à présent davantage vers les mondes du design et de la décoration d’intérieur (vs la mode) . Pourquoi ce choix ?

En effet, nos premières créations (échantillons, commandes spéciales) étaient avant tout destinées à la Haute Couture. C’était le plus naturel, le plus évident, pour une démarche en lien avec l’application de savoir-faire historiquement liés à ce domaine.

Mais peu a peu, des designers et des décorateurs d’intérieurs d’exception sont venus spontanément à notre showroom parisien et nous ont lancé le défi d’adapter notre univers et nos métiers à leurs propres problématiques : des formats importants (voire monumentaux !) et un vrai souci de pérennité pour des œuvres installées dans des lieux largement fréquentés (halls de grands hôtels par exemple).


Publicité : Prochaine conférence Journal du luxe
conference


Nous pencher sur ce nouveau mode de conception nous a tout de suite séduites : comment « gigantiser » des techniques a priori réservées à des surfaces de quelques centimètres carrés sans en perdre le précieux, la minutie ? Nous avons fait évoluer nos gestes, nos fournitures, nos supports en fonction de cela, et c’est aujourd’hui ce que nous continuons de faire au quotidien. Chaque projet est une nouvelle page blanche et c’est passionnant.

 

JDL : En tant que membres de LaFrenchLuxe, pouvez-vous nous partager des éléments que vous avez pu apprendre en participants aux rencontres organisées par l’association ?

L’Association organise ses rencontres le matin, avant même que la journée ne commence « officiellement », ce qui est particulièrement adapté à nos agendas bien remplis de chefs d’entreprise. Les intervenants, des professionnels expérimentés au sens pragmatique évident, nous ont régulièrement soufflé quelques conseils avisés. Il est facile et agréable d’en retirer des « tips » quel que soit notre niveau de maturité sur le sujet. Ce fut par exemple le cas lors des deux dernières interventions auxquelles nous avons assisté, l’une portant sur la réalisation de business plans orientés investisseurs, l’autre sur la manière de créer de véritables moments « expérienciels » avec ses clients.

Ces rencontres sont également l’occasion de partager un café avec nos pairs, ce que nous n’avons jamais assez le temps de faire sans occasion de ce type ; c’est toujours très galvanisant.

JDL : Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à des entrepreneurs en herbe qui souhaitent se lancer sur le marché du luxe et du design ?

Notre premier conseil serait de bien identifier, en amont, les valeurs selon lesquelles ils souhaitent travailler, que ce soit vis-à-vis de leurs clients, de leurs collaborateurs, de la provenance des matériaux auxquels ils souhaitent faire appel, de la transmission de leur savoir-faire, du devenir de leur entreprise sur le long terme… Les domaines dans lesquels on peut décliner l’ADN même d’un métier ou d’une marque sont nombreux, et il est capital de « maintenir son cap » dans chacun d’entre eux, dans les grandes décisions comme dans les petites du quotidien.

Un second conseil serait de mettre rigoureusement les créations au cœur de toute leur attention: les postes finance et marketing sont, certes, vitaux au bon développement de toute entreprise, et c’est particulièrement vrai dans le luxe. Mais sans une recherche d’excellence du geste, sans un effort de conception systématique (créativité), le risque est de se retrouver au bout de quelque temps avec une écrin, certes opérationnel et esthétique, mais vidé de tout son sens, de toute sa raison d’être.

JDL : Quel est votre plus grand Luxe ?

Notre luxe à nous, c’est de ne travailler que pour et avec des personnalités sympathiques et exaltantes. C’est à cette seule condition que nous sommes capables de toutes les folies !

Laura

Laura Perrard est amoureuse de poésie et de prospective ! Aussi proche des grandes Maisons que des startups, elle a fondé le Journal du Luxe en 2013 ainsi que le Salon du Luxe Paris qui a lieu chaque année (plus grande rencontre luxe professionnelle francophone). Laura s'investit également dans l'association LaFrenchLuxe dont elle est co-fondatrice. Elle intervient régulièrement dans plusieurs écoles et sur des missions de conseil.





livre blanc luxe


newsletter luxe

emploi luxe


Découvrez nos contenus exclusifs: livres blancs, magazines papier… en cliquant ici

Send this to a friend