Cosmétiques & Parfums

Jacques Cavallier-Belletrud innove pour les parfums Louis Vuitton

louis vuitton parfum

Les parfums Louis Vuitton font leur grand retour en 2016. Pour l’occasion, le parfumeur-créateur Jacques Cavallier-Belletrud expérimente une technique d’extraction innovante. Une technique qui devrait garantir des senteurs d’exception.

Une nouvelle technique d’extraction pour les parfums Louis Vuitton

À peine revenu dans l’univers de la parfumerie que Louis Vuitton surprend déjà. La Maison de luxe française avait confirmé la semaine dernière qu’elle créerait de nouveaux parfums après 70 ans d’absence dans ce secteur.

Pour l’occasion, Louis Vuitton a fait appel à l’un des plus prestigieux « nez » du monde. Jacques Cavallier-Belletrud a toujours baigné dans le bassin de la parfumerie à Grasse.

jacques cavallier belletrud
Jacques Cavallier Belletrud

Après avoir fait le bonheur de Giorgio Armani avec « Acqua di Gio » ou de Lancôme avec « Poême« , le maître parfumeur rejoint LVMH en 2012. Cette année Jacques Cavallier-Belletrud a décidé de mettre en œuvre une technique d’extraction innovante pour les parfums Louis Vuitton.


Publicité


« Une première mondiale »

« Nous avons développé un système qui est une première mondiale, l’extraction par gaz supercritique de fleurs fraîches », indique le parfumeur à l’AFP. Un système que Jacques Cavallier-Belletrud avait commencé à développer lors de son passage chez Firmenich, société suisse créatrice de parfums.

Une technique utilisée pour ôter la caféine du café

La méthode d’extraction en question est permise grâce à une mise sous pression du dioxyde de carbone jusqu’à 300 bars afin de le rendre liquide.

Cette technique détient l’avantage de ne pas « tuer les parties volatiles et fragiles qui font la beauté de l’odeur des fleurs dans un champ », indique le créateur-parfumeur de Louis Vuitton.

louis-vuitton-mannequin-parfum
louisvuitton.com

Elle se démarque de la méthode de distillation et de celle des solvants volatiles traditionnellement employée à Grasse.

« La grande différence c’est qu’en travaillant à seulement 25 degrés, le liquide va absorber toutes les molécules odorantes par immersion sur un temps précis. On obtient ainsi un extrait de fleurs 100% naturel, sans solvants issus du pétrole », a ajouté Jacques Cavallier-Belletrud.

Louis Vuitton utilisera cette technique pour les fleurs issus du territoire grassois à l’instar de la rose de mai Centifolia et le jasmin.

Romain


conference luxe paris




Send this to a friend