Interviews

ForWeavers explore les tissus aux quatre coins du monde

enfant du monde tissu

Ali Rakib s’est découvert une passion pour le tissage traditionnel. Une passion qui l’a amené à parcourir le monde entier à la recherche de techniques et de pièces de tissu rares.

L’aventurier nous livre ses confidences à travers une interview exceptionnelle. Ali Rakib et sa société ForWeavers seront présents sur le Salon du luxe Paris 2016 les 6 et 7 juillet.

forweavers

Journal du Luxe : Comment vous est venue cette passion pour le tissage ancestral ?

Mon parcours est atypique. J’ai d’abord côtoyé le monde du Football en tant qu’entraîneur et recruteur professionnel, puis le monde du Social en m’occupant de jeunes en réinsertion professionnelle. J’ai par la suite rejoint l’Éducation Nationale. J’accompagnais de jeunes adultes autistes dans leur intégration en lycée hôtelier.

forweavers
Chine, dans la province du Yunnan, une femme dans son champ à contre jour.

Fort de ces expériences humaines enrichissantes, je me suis rendu au Népal afin de travailler pour Handicap International. J’y ai vu de belles choses, d’autres difficilement supportables. J’ai très vite eu besoin de sortir du vacarme de Katmandou et de me lancer un défi : atteindre seul, sans carte, ni boussole, ni guide, ni porteur, le dernier camp de base de l’Annapurna (8000 mètres).


Publicité


“Atteindre le dernier camp de base de l’Annapurna”

J’étais entrainé à cela et j’avais bien intégré au fil des ans et des voyages les principes de la survie en milieu hostile, depuis une expérience éprouvante à l’âge de 17 ans lorsque je m’étais perdu dans l’Atlas, au Maroc.

“Faire appel à mon instinct de survie”

Grâce à leurs compétences, les grand-mères parvenaient à subvenir seules à leurs besoins tout en préservant des cirques touristiques. 4 générations étaient réunies autour d’une même confection artisanale, se transmettant les savoir-faire, témoignant ainsi d’une belle préservation des patrimoines immatériels.

tissu du monde

J’ai trouvé cela très honorable et j’ai décidé de revenir en France, les valises pleines de tissages, pour les exposer au réseau de passionnés d’histoire médiévale auquel j’appartiens depuis 10 ans (Fief & Chevalerie), car j’avais noté que certaines techniques de tissage étaient similaires aux techniques françaises du XIIIème siècle.

Encouragé par le succès de ces expositions, j’ai compris que ma vie s’axerait autour de l’édition de textiles rares, historiques et précieux. J’ai commencé par créer l’Association Tashkent, Traditions du Monde.

“Donner du travail pérenne à des communautés au savoir-faire unique”

Toutefois, la demande de tissus rares étant très faible, mon activité ne me permettait pas de remplir mon objectif principal : donner du travail pérenne à des communautés au savoir-faire unique.

J’ai dû m’efforcer de trouver de nouvelles sources de production en amont, ainsi que de nouveaux réseaux d’acheteurs en aval. J’ai donc exploré 24 pays comme l’Amazonie péruvienne, le Japon, l’Indonésie, le Laos, ou encore l’Egypte, à la recherche de tissus et de savoir-faire propres à chaque communauté.

ali rakib

J’ai ouvert mon offre à la Mode Haut de Gamme et aux Designers d’intérieur, ce qui a permis d’ajuster parfaitement la dimension du projet.

Journal du Luxe : Comment avez-vous été accueilli par ces différentes communautés ?

Cette exploration du monde a donné lieu a beaucoup d’expériences fructueuses, malgré des difficultés en Afrique, les guerres et les divers cataclysmes naturels…

“La méfiance se transforme en hospitalité”

En règle générale, les communautés que je visite sont surprises de moi voir, car peu habituées aux visiteurs étrangers. Cependant la méfiance envers l’inconnu se transforme très vite en hospitalité chaleureuse, car l’humain se veut généralement bon et bienveillant envers son semblable qui vient de loin découvrir sa culture.

Journal du Luxe : Comment êtes-vous parvenu à rentabiliser votre activité ?

J’ai commencé par vendre mes tissus sur Internet mais cela n’a pas fonctionné car les clients ont réellement besoin de toucher les matières. Je suis donc allé rencontrer une à une les entreprises, travail beaucoup trop long et fastidieux.

tissu haut de gamme
Femme tibétaine dans la province du Yunnan a la frontière du Tibet, est dans l’entrée d’un temple avec son mala a prière

Je me suis rendu compte qu’il était impossible de mener mon projet à bien sans disposer au préalable de fonds nécessaires. J’ai par conséquent décidé de cesser temporairement les ventes en hiver 2015 et de chercher des solutions de financements.

“Impossible de mener mon projet à bien sans disposer de fonds”

En accord avec une équipe de financeurs, nous avons décidé de créer l’entreprise Forweavers SAS avec 30 000 euros, de manière à pouvoir fournir les clients déjà existants, à assurer une présence sur les différents salons et de créer les premiers catalogues d’échantillons. Une levée de fonds de 300 000 euros est prévue pour le mois de décembre 2016.

Nous fournissons désormais de grands créateurs de mode, des décorateurs d’intérieur, des designers, ou encore des hôtels-restaurants et des éditeurs de textiles.

Nos clients sont concentrés en France, pays où se situent les plus grands salons de textile Haut de Gamme.

L’association Tashkent continue à exister. Elle poursuivra ses actions humanitaires et ses expositions dans différents musées comme le Quai Branly, l’Institution du Monde Arabe ou la Maison de la Culture du Japon.

Journal du Luxe : Pourquoi ForWeavers?

Au cours d’une réflexion sur la dénomination de l’entreprise, je me suis dit qu’un mot en latin pourrait à la fois faire « universel » « historique » et « luxe ». Du coup, j’ai pensé au mot latin pour “époque”, “temps”, “siècles”, “âges”, ce qui donne SAECULA.

tissu du monde

Je trouvais ce nom correct, mais peu compréhensible par tous. J’ai donc continué ma réflexion, tout en gardant dans un coin de ma tête le proverbe latin “IN SAECULA SAECULORUM”, qui signifie “Pour toujours et à jamais”, car je trouvais que ça reflétait bien le but social pour lequel se crée l’entreprise : « Sauvegarde des patrimoines immatériels de l’humanité, pour toujours et à jamais »…

Puis, la traduction en anglais m’est venue à l’esprit comme une révélation ; “FOR EVER AND EVER”, ce qui ressemble à “FOR WEAVERS” = “Pour les tisserands”… Car c’est avant tout pour l’amélioration des conditions de vie des tisserands que l’entreprise œuvre.

Journal du Luxe : Vous exercez une activité à risque, avez-vous connu quelques frayeurs durant vos périples ?

Une erreur d’orientation m’a perdu dans la mangrove indonésienne, à Sumatra.

En effet, habitué à me repérer avec le soleil, j’avais oublié que j’étais dans l’hémisphère Sud, et qu’il fallait donc inverser toutes les données. Après m’en être aperçu, peu fier de moi, j’ai dû faire preuve de méthode pour retrouver trace d’êtres humains, et m’éloigner des dangereux bœufs sauvages et varans qui vivaient là.

L’océan ayant commencé à monter, je ne pouvais plus revenir sur mes pas, et devais aller de l’avant, vers l’inconnu. J’ai commencé à m’inquiéter lorsque j’ai aperçu au sol les empreintes d’une bufflonne avec son petit.

femme tissu

Au bout de 4 heures de marche, j’ai vu au sol des coques de noix de coco. Sur place, il n’y avait aucun cocotier, ce qui m’indiquait une présence humaine, car l’Homme est le seul mammifère local à se déplacer avec sa nourriture pour la manger ailleurs.

C’est donc à cet endroit que j’ai décidé de m’immerger dans les marécages pour les traverser, en espérant rencontrer quelqu’un. Ce fut chose faite ; un pêcheur sur sa pirogue glissant au ras des eaux est venu me secourir, peu avant que le soleil ne se couche et que les pythons ne sortent de leur torpeur.

Journal du Luxe : Quelles problématiques avez-vous rencontré lors de vos rencontres avec les différentes communautés ?

Il y a beaucoup d’erreurs que j’essaye d’éviter. Je m’entretiens donc régulièrement avec des ethnologues, car j’ai toujours été passionné par cette discipline. Je suis parfois invité à des conférences ou tables rondes, ce qui me permet d’acquérir de précieuses compétences, notamment sur les psychologies et les codes sociaux étrangers.

Un vif regret persiste ; celui de n’avoir pas pu en savoir plus sur des communautés matriarcales auprès desquelles je n’ai pas eu droit d’accès ; pour cela je prévois l’embauche de femmes dans le métier du sourcing, car des merveilles textiles me sont passées sous le nez.

“Des communautés qui n’avaient pas de monnaie”

Ce qui a été très intéressant, c’était de travailler avec des communautés qui n’ont pas de monnaie. De ce fait, j’ai appris à agir par étapes, en faisant d’abord connaissance avec des membres de la communauté exilés en Ville, à qui je propose de me servir de guide, d’interprète et de tuteur.

forweavers

Je leur transmets ensuite de l’argent via Western Union qu’ils utilisent pour acheter des denrées alimentaires, des bougies, etc, en échange de mes commandes. Un partenariat avec des ONG locales est en projet, de manière à privilégier des échanges de services (médecine, instruction…) plus efficace en termes d’impacts sociaux.

Journal du Luxe : Quels sont vos projets futurs ?

Notre première volonté est de retourner voir les artisans que je connais déjà afin d’optimiser la logistique, et dans un deuxième temps nous comptons partir à la découverte de nouveaux territoires.

Je travaille actuellement avec l’ambassade des États-Unis et le Centre culturel franco-canadien pour la sauvegarde des patrimoines Amérindiens et Inuits.

tissu inuit

Aussi, nous annonçons l’exploration des merveilles de tissages africains en raphia, alpha et diverses racines et écorces d’arbres.

Notre objectif restera toujours de promouvoir les savoir-faire et d’informer la population mondiale d’un risque d’une disparition des cultures.

Journal du Luxe : Avez-vous été surpris par l’existence de certaines matières de tissus ou de pratiques ?

Certaines techniques m’ont particulièrement surpris. À Kyoto (Japon) et en Chine (Shanghai), on retrouve par exemple des techniques de tissage classées au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Ce sont des techniques de soierie très complexes qui nécessitent environ 3 jours pour tisser 10 centimètres de tissu.

“3 jours pour tisser 10 centimètres de tissu”

Journal du Luxe : Quel message souhaiterez-vous diffuser à travers votre participation sur le Salon du luxe Paris 2016 ?

En participant au Salon du Luxe, je souhaite avant tout honorer les artisans du tissu du monde entier. Ils méritent ce salon.

“Honorer les artisans du monde entier”

L’objectif sera de transmettre un message de pureté et de rareté aux visiteurs du Salon du luxe. Des tissus rares de lotus, de bananier et diverses soieries méconnues seront exposés. Nous inviterons les visiteurs à toucher les tissus pour se rendre compte du caractère unique des matières.

ali rakib

D’autre part, une jeune tisserande d’exception pratiquera son métier en direct et démontrera comment se fabrique un tissu, comment se créent les motifs. On se donne deux jours pour donner vie à une création spécialement conçue pour le Salon du luxe Paris.

Journal du Luxe : Pour finir, quel est votre « Luxe » à vous ?

Mon luxe à moi c’est ce qui m’a amené à pratiquer mon métier actuel : c’est l’honneur de représenter des patrimoines mondiaux de l’humanité.

Je me suis rappelé très tard que ma mère était couturière jusqu’à mes 4 ans. Ce sont donc des souvenirs enfouis dans ma mémoire qui se sont réveillés quelques temps après avoir lancé ce pari qui est aujourd’hui devenu ForWeavers.

moine bouddhiste
Birmanie, Moine bouddhiste asie entrain de méditer dans un temple à Bagan. Très beau jeu d’ombre et de lumière

Mes ancêtres faisaient partie d’une communauté de nomades sud marocains, qui détenait un patrimoine immatériel riche. Traditions, danses, rituels… tout a disparu en une seule génération. Tous mes cousins sont partis à Casablanca ou à Agadir et ne parlent plus le berbère, ne s’habillent plus de leurs vêtements traditionnels. Moi qui suis né en France, ne peut que déplorer cette évaporation.

Permettre autant que possible, au Breton comme au Polynésien, de vivre leur vie dans le respect des codes socioculturels qui leur correspondent, c’est mon luxe à moi.

Recherches d'internautes:

  • ali rakib
  • les tissus les plus luxueux
Romain





livre blanc luxe


newsletter luxe

emploi luxe

Send this to a friend