Balenciaga hacke à son tour la maison Gucci.

Publié le par Journal du Luxe

Retournement de situation. Balenciaga inverse la tendance en hackant Gucci dans sa collection Printemps 2022, baptisée « Clones ».

Les « Clones » de Balenciaga.

La balle est dans le camp de Balenciaga. Il y a quelques semaines, Gucci et son directeur artistique Alessandro Michele affolaient la toile et l’industrie avec un « Fashion Hack » de la maison espagnole, multipliant les clins d’oeil à l’histoire et aux codes de la marque dans un show nommé « Aria ».

La collaboration entre les deux maisons du groupe Kering inverse cette fois-ci les rôles. Dans une vidéo de présentation, sacs et accessoires Balenciaga empruntent aux designs iconiques de Gucci, remasterisés à la sauce Demna Gvasalia. L’iconique monogramme de la maison italienne se refait par exemple une beauté en intégrant le logo « Double B » de Balenciaga.

gucci hack balenciaga
©Balenciaga

Comble du hack, certains sacs sont même grossièrement peints du message « This is not a Gucci bag », une phrase qui prend tout son sens alors que l’une des notions abordées dans la collection n’est autre que l’ambivalence entre l’authenticité et la contrefaçon. « Nous voyons notre monde à travers un filtre perfectionné, poli, conformé, photoshoppé. On ne déchiffre plus entre homogène et modifié, authentique et contrefait, tangible et conceptuel, fait et fiction, fake et deepfake » explique Balenciaga dans une note d’intention.

La technologie fait son auto-critique.

Avec « Clones », Balenciaga pose également un regard acerbe sur la façon de consommer le numérique et ses limites. Au fil des 44 silhouettes, il est presque impossible de savoir quand la mannequin est réelle ou non, Balenciaga ayant en effet usé de la technologie deepfake pour transposer le visage d’Eliza Douglas sur celui d’autres modèles. De quoi nourrir « des réalités et identités alternatives, un monde de clones digitaux ».

hacking technologie balenciaga

Pour renforcer cette approche digitale, l’artiste BFRND a dévoilé une reprise de la chanson « La vie en rose » d’Edith Piaf, interprétée pour l’occasion par une voix née de l’intelligence artificielle. La vidéo a quant a elle été réalisée par Quentin Deronzier et a nécessité plusieurs outils de post-production comme la rotoscopie – notamment utilisée au cinéma – et la modélisation 3D.

Crédits visuels : ©Balenciaga

Mode

Newsletter

L’essentiel de l’actu luxe

Un condensé 100% luxe, à découvrir chaque mardi dans votre boîte mail. Vous allez adorer nous lire !