Actualités Joaillerie & Horlogerie

Diam Concept : des diamants de laboratoire made in France.

diamants

Des diamants de synthèse identiques à ceux extraits d’une mine et fabriqués dans l’hexagone ? La start-up Diam Concept en a fait sa spécialité.

Une fabrication visionnaire.

Si la société Diam Concept a été fondée en mai 2016 par la chercheuse Alix Gicquel, les recherches ont quant à elles commencé en 1990. Installée au nord de Paris, l’entreprise est aujourd’hui l’unique producteur français de diamants de laboratoire et s’apprête à intensifier sa production face à la demande croissante. À l’heure où l’écologie devient une préoccupation de chaque instant jusqu’à bouleverser le marché du luxe, cette technique de création offre une équivalence bien plus éthique aux diamants de mine.

La culture des joyaux.

Pour faire pousser la gemme, Diam Concept utilise la technique CVD plasma (Chemical Vapor Deposition assistée par plasma). La méthode consiste à placer des lamelles de carbone dans un four où sont introduits hydrogène et méthane qui, à très haute température, cristallisent couche par couche les atomes de carbone. 



La pierre brute est alors obtenue en seulement quatre à six semaines, pour être ensuite taillée. Diam Concept précise que ces dernières disposent de la même composition que celles présentes dans les mines. Alix Gicquel résume ainsi à l’AFP : « Le diamant, ce n’est que du carbone. On crée donc les conditions pour qu’il se dépose atome par atome, et les diamants poussent comme des gâteaux ! ».

Le futur sera artificiel.

Pour répondre à la demande grandissante, la société souhaite intensifier sa production d’ici 2023 pour produire environ 7.500 pierres par an à l’aide de plus d’une quinzaine de réacteurs. Pour cela, Diam Concept a rejoint l’accélérateur de start-up d’Air Liquide, expert en grosses quantités d’hydrogène, afin d’utiliser non plus un, mais cinq réacteurs à partir de mi-2020.

Les diamants de synthèse permettront dans le futur, au delà de leur faible impact environnemental, de maintenir la production de ces joyaux pour les années à venir. En effet, leur extraction naturelle est en baisse (-50 % prévus à l’horizon 2035) alors que la demande ne cesse d’augmenter. 

Si cette méthode de fabrication ne séduit pas encore tous les joailliers, la Maison Courbet, installée sur la prestigieuse Place Vendôme, s’est spécialisée dans la création de pièces utilisant des diamants de laboratoire. La dernière collection de la griffe, Pont des Arts, est notamment composée uniquement de diamants créés en France par Diam Concept.

Retrouvez ci dessous notre podcast « On fait Salon » avec Manuel Mallen, Co-Fondateur et PDG de Courbet.

Journal du luxe





marche du luxe d occasion



livre blanc luxe


newsletter luxe



Découvrez nos contenus exclusifs: livres blancs, magazines papier… en cliquant ici