Interview

Collector Square met le cap sur les objets d’art.

Publié le par Journal du Luxe

Il y a quelques mois, Collector Square, site spécialisé dans la vente en ligne de sacs, montres, bijoux et objets de luxe de seconde main, lançait Art & Collection. Claire Gallois, Responsable du département, et Pauline Desmonts, Directrice des relations extérieures, nous expliquent cette nouvelle offre d’objets d’art.

Claire Gallois Pauline Desmonts
Claire Gallois et Pauline Desmonts

Journal du Luxe : Qu’est-ce qui a amené au développement de cette offre Art & Collection ?

Pauline Desmonts : Le projet a démarré avant la pandémie. Nous avons souhaité nous diversifier tout en restant sur ce créneau des objets d’investissement et de plaisir au cycle de vie long. L’objectif était de passer de pièces à porter sur soi à des objets d’art à poser chez soi. Nous avons constaté auprès de nos clients que certains avaient des pièces d’art à vendre : Collector Square se devait de répondre à ces nouvelles attentes. Par ailleurs, la crise sanitaire a fait éclore le secteur de l’Intérieur, de la Maison et des Arts décoratifs, et le marché s’est structuré. Nous proposons des pièces cotées et désirables, sélectionnées avec un œil.

Claire Gallois : Collector Square est assez précurseur dans ses prises d’initiatives car elles répondent à une demande du public : donner une seconde vie à ces objets qui ont une histoire et dans un même temps, proposer un concept rapide, concret et actuel.

Journal du Luxe : Quelles sont les catégories de ce nouveau département ?

Claire Gallois : Nous proposons trois grandes catégories. La première est l’œuvre sur papier, qui comprend la photographie d’artistes, les tableaux, la lithographie, les œuvres gravées et quelques affiches anciennes, rares et dans un parfait état. Art & Collection sélectionne aussi des objets d’intérieur à poser et à mettre chez soi. Ces pièces sont choisies pour la qualité des artistes et des objets en eux-mêmes. Nous avons beaucoup de designers italiens, comme Gio Ponti et Ettore Sottsass, des noms parlants pour les collectionneurs et les amateurs d’art.

collector square art & collection
Ettore Sottsass, Totem #5 série Flavia en céramique émaillé polychrome, édition Bitossi, signé et numéroté, création de 1964 ©Collector Square

Enfin, nous proposons des objets de luxe de grandes maisons telles que Dior, Hermès et Buccellati. Pendant les années 70/80, ces marques de luxe ont beaucoup collaboré avec des artistes designers, dont les pièces sont très recherchées aujourd’hui.

Journal du Luxe : Quelles sont les grandes typologies de clients autour de cette offre ?

Pauline Desmonts : Notre clientèle se compose de vrais collectionneurs à la recherche de pièces rares mais aussi de personnes plus néophytes. Les quatre univers de Collector Square se mélangent bien et se valorisent. Lorsque nous mettons en avant nos diverses pièces sur un thème précis, la maroquinerie sublime l’objet d’art et inversement. Il y a peu d’endroits mêlant tous ces domaines, et les clients apprécient cette différenciation.

Claire Gallois : À l’annonce du projet, les clients des autres départements de Collector Square ont très bien accueilli l’idée et nos retours jusqu’à présent sont vraiment positifs. De nouveaux acheteurs très pointus se sont rapprochés de nous au vu de notre sélection, et des designers nous ont remercié de mettre en avant leur art.

Journal du Luxe : Sur quels critères se base la sélection des œuvres et quelle est la politique de prix ?

Claire Gallois : J’ai longtemps travaillé dans le marché de l’art et je dispose d’un réseau de confiance. Il y a également, bien sûr, tout le processus de bouche à oreille ainsi que des opérations de communication et de marketing. Par ailleurs, je reste à l’écoute du marché de l’art, notamment par l’observation des tendances, aux enchères et aux puces. Nous avons aussi des acheteurs qui se transforment en vendeurs, et inversement.

Ettore Sottsass art & collection
©Collector Square

Pauline Desmonts : Contrairement aux autres départements, la détermination des prix est différente car les objets d’art ne sont plus en production et les quantités sont très limitées. Chez Collector Square, nous tenons à ce que les prix restent justes. Notre panier et notre prix moyen est de 3000 euros, ce qui est très satisfaisant pour un acteur digital. Grâce à notre travail de recherche sur la valeur du marché, notre catalogue sert de référence tarifaire. Concernant le processus d’achat, nous proposons deux solutions aux vendeurs. Ces derniers ont la possibilité de vendre leur pièce directement auprès de Collector Square, permettant une transaction rapide. La seconde option est d’attendre la vente définitive de l’objet.

Journal du Luxe : L’acheminement de ces pièces répond t-il à des process particuliers ?

Claire Gallois : En raison de la valeur et de la fragilité des objets, nous proposons plusieurs sortes d’acheminement, tant pour les vendeurs jusqu’au showroom de Collector Square que pour l’expédition jusqu’à l’acheteur. Les envois peuvent se faire traditionnellement par voie postale, ou avec nos transporteurs partenaires spécialisés. Notre objectif est de trouver la solution la plus sécurisée tout en offrant les frais de transport ainsi qu’une assurance à nos acheteurs et vendeurs.

Journal du Luxe : Quelles sont les procédures liées à l’authentification de ces œuvres ?

Claire Gallois : La première étape est d’établir la provenance de l’œuvre et de l’authentifier. Nous nous renseignons sur le pédigrée de la pièce et son origine dans le but d’avoir une traçabilité solide. Ensuite, nous examinons de visu l’objet et l’apprécions au ressenti. Art & Collection est spécialisé dans la période allant des années 50 à nos jours. En cas de doute, nous entamons une démarche de contact après de notre réseau d’experts, des personnes très identifiées et reconnues dans leur catégorie d’expertise.

Journal du Luxe : La certification via la blockchain fait-elle partie de ce protocole ? Et les NFT ? Ce sont des sujets sur lesquels vous travaillez ?

Pauline Desmonts : Nous sommes en phase d’observation vis-à-vis de ce phénomène. Il est assez complexe d’ajouter un système de blockchain au cours de la vie d’un produit, le traçage ne sera pas complet. À ce stade, ce procédé nous semble compliqué à mettre en place mais l’idée de le faire dès les maisons manufacturées est très intéressante. Pour les NFT, il est encore trop tôt, nous attendons de voir comment évolue cette technologie.

Journal du Luxe : Quelles sont les initiatives – en cours et futures – liées à la valorisation de l’offre Art & Collection ?

collector square objet art
Ensemble Line Vautrin composé de deux boîtes et d’un vide-poche, miroir Mithé Espelt, sculpture « Les Cyclades » de Cocteau ©Collector Square

Pauline Desmonts : Art & Collection a déjà un catalogue de 300 à 400 pièces. Notre objectif est de doubler notre offre d’ici la rentrée. Par ailleurs, nous préparons des évènements thématiques, des expositions dédiées et des collaborations. Nous attendons avec impatience que le showroom puisse rouvrir afin de présenter les pièces d’art à notre public. Ce lieu physique fait vraiment partie de notre identité, d’autant plus que ces objets ont besoin d’être mis en situation physiquement et pas seulement via le canal digital. Le département va également faire ses premiers pas prochainement Au Bon Marché.

Crédits visuels : ©Collector Square

Interview

Interview - Business

Newsletter

L’essentiel de l’actu luxe

Un condensé 100% luxe, à découvrir chaque mardi dans votre boîte mail. Vous allez adorer nous lire !